Rencontrons Brieuc Razer !

Personne très attachante et joueur doté d'une fiabilité hors pair, le carhaisien d'origine Brieuc Razer nous fait le plaisir de répondre à nos questions... 

Le parcours

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

_"J’ai commencé le foot dans ma ville de naissance, au DC Carhaix. À la suite de cela j’ai eu la chance de rejoindre l’En Avant de Guingamp durant 3 saisons. Après l’aventure Guingampaise, j’ai atterri à la GSI Pontivy pendant 4 ans. Une petite année à l’US Concarneau et cela fait maintenant 5 années que je suis au Stade Pontivyen"

 

Une accession de la DH à la N3 en 2018, une confrontation directe décisive remportée sur le dernier match la saison dernière, un maintien en bonne voie cette saison, est-ce le signe d’une évolution ? 

_"Oui, bien sûr, depuis mon arrivée au club j’ai eu la chance de connaître de belles émotions comme les montées et les parcours en coupe de France. Le club est en train de grandir, il faut poursuivre dans cette voie"

 

Damien Le Divenah est arrivé en même temps que toi au club, vous aviez joué auparavant ensemble à la GSI Pontivy. Est-ce plus facile de s’intégrer quand on arrive avec un joueur que l’on connaît déjà ?

_"Oui, en effet c’est sûr que ça facilite la tâche. En arrivant ici, je savais ou je mettais les pieds, je connaissais pas mal de monde. Mon intégration a été très rapide"

 

Que t’as apporté le Stade Pontivyen ? 

_"C’est un club avec de très grandes valeurs humaines. Durant ma première saison, au bout de seulement 2 mois, je me fais une rupture des ligaments croisés et durant cette période, j’ai pu avoir le soutien des coachs, dirigeants et joueurs… Cela m’a conforté dans mon choix de venir ici"

 

Le club en 3 mots ?

_"Respect – Convivialité – Compétitivité"

 

Un joueur qui t’a marqué au Stade Pontivyen ? 

_"Je dirai Tony Da Costa pour sa régularité"

 

Une affinité particulière avec un joueur ou un dirigeant ? 

_"Je pense forcément à ceux de ma génération comme Damien (LE DIVENAH), Baptiste (MAREC), Coco (LE GAL), Quentin (LE ROUX), Malo (ROLLAND), Dorval (LE PABIC), Vincent (DEMOUILIN) et également au roi du projecteur Vincent Pobès (rire)"

 

Le joueur

Maintenant cinq saisons que tu es au Stade Pontivyen, t’es-tu vu progresser année après année ?

Sur quels aspects penses-tu avoir le plus évolué ?

_"Je dirai que j’ai progressé dans mon intelligence tactique, depuis ma rupture des ligaments croisés, je n’ai pas forcément retrouvé toutes les qualités que j’avais auparavant. Il donc fallu jouer davantage avec sa tête"

 

Tu as également passé tes diplômes d’entraineur, à quel stade es-tu arrivé ?

_"Lors de ma blessure, il a fallu se poser les bonnes questions et penser un petit peu à l’avenir. Je n’avais pas forcément d’idée sur un métier en particulier… Je voulais rester au contact du football et j’ai donc naturellement passé mes diplômes. J’ai obtenu mon BEF (Brevet d’Entraineur de Football) en l’espace de 2 ans, cela m’a demandé beaucoup de travail mais aujourd’hui j’ai la chance de me lever tous les matins et de vivre de ma passion. J’envisage de passer le DES dans les années à venir"

 

Trouves-tu que toutes ces connaissances acquises pour passer tes diplômes te permettre de grandir en tant que joueur également ?

_"Forcément cela aide, mais l’inverse également. J’ai eu la chance d’avoir de très bons éducateurs depuis que je pratique le football. Dans le football on invente rarement, on regarde, on observe, on apprend, on garde, on laisse, on échange, on écoute, on donne, on reçoit, on analyse et ensuite on fait notre propre sauce"

 

Une qualité et un défaut sur ton jeu ? 

_"Qualité, je dirai plutôt que je suis assez explosif et rapide.

Sur mes défauts je pense plutôt au volume de jeu et à la capacité à répéter des courses à haute intensité… L’inverse de Damien (dernière interview) ahah"

 

Un joueur qui t’inspire ? 

_"Je n’ai pas forcément de joueur qui m’inspire, c’est plutôt un ensemble. Mais sur le coup je pense à Virgil Van Dijk"

 

Ton joueur préféré ? 

_"Thiago Silva"

 

Le confinement

La France a été en confinement pendant environ deux mois, comment pourrais-tu décrire la situation ?

_"Ce confinement était vraiment particulier mais la situation d’aujourd’hui malgré ce déconfinement progressif l’est toujours. Le quotidien est totalement chamboulé pour tout le monde… Mais je n’ai pas à me plaindre de ma situation quand on voit toutes les personnes qui sont en première ligne… D’ailleurs je leur tire mon coup de chapeau pour tout ce qu’ils font"

 

T’es-tu trouvé de nos nouveaux talents pendant ce confinement ?

_"Pas forcément, j’ai repris la lecture, chose que je ne faisais plus depuis des années. J’ai également profité de ce confinement pour préparer la saison prochaine (Programmation, séances, matchs…)"

 

Comment envisagerais-tu une reprise du football, quelles règles pourrais-tu imaginer pour le bien-être de tous ?

_"Je pense que cela va être compliqué au début. Il va falloir passer vers une réathlétisation plus longue que d’habitude et ensuite respecter les mesures d’hygiène…Une idée qui me vient en tête pourquoi pas commencer avec des petits jeux à la parole"

 

Difficile d’être coupé du football pendant autant de temps ? 

_"Oui d’autant plus que cela fait depuis le mois de janvier que je suis écarté des terrains... Cela me permet de bien récupérer et d’être d’attaque pour la saison prochaine. Cependant le football reste secondaire dans cette situation"

 

Tes journées sont-elles toujours accompagnées de sport ?

_"Oui, j’ai réussi à reprendre la course depuis maintenant 5 semaines. J’ai un ami préparateur physique qui m’a envoyé un programme à suivre. Malgré ce programme je n’arriverai toujours pas à rattraper mon colocataire Baptiste Marec (rires)"

 

Réponse/Question

 

Questin de Damien LE DIVENAH lors de la dernière interview : "Alors l’annulation des vieilles charrues te permettra t’elle d’arriver affûté à la reprise fin juillet ?"

Je trouve cette question très culottée de la part de Damien, j’ai le souvenir de lui mal en point chez moi devant une étape du Tour De France durant le festival… D’ailleurs je ne l’ai plus jamais revu en terre carhaisienne depuis… A-t-il peur ?

Mais pour répondre à sa question, c’est sûr que l’annulation du festival ne peut me faire que du bien (rires)

 

Qui va te suivre ?                        

Mon ami carhaisien Quentin Le Roux qui lui aussi doit être abattu de l’annulation du festival… J’aimerais qu’il nous raconte l’anecdote du match retour contre la GSI Pontivy (2-2 saison 2018/2019)."