Rencontre avec Axel Gicquel, jeune arbitre !

On parle souvent des 22 acteurs d’un match mais sans les arbitres, un match ne peut se dérouler. C’est pourquoi aujourd’hui nous avons décidé de mettre en valeur Axel Gicquel, 19 ans et jeune arbitre de notre club.

 

Tu as eu un parcours foot avant de commencer l’arbitrage ?

_"Oui effectivement j’ai commencé le foot à l’âge de 6 ans et j’ai arrêté à 16 ans. J’avais rejoint le Stade Pontivyen en 2013 (en U13). J’ai débuté l’arbitrage en 2015"

 

Comment es-tu arrivé dans ce monde de l’arbitrage ?

_"C'est Franck Molimard (président du P2F) qui m'a proposé de me lancer dans l’arbitrage lors d'un entretien en début de saison qu'il organisait avec chaque joueur un par un. Etant donné mon niveau footballistique pas très élevé, je me suis dit que pourquoi pas et que ça pouvait être une bonne expérience. Du coup, je me suis lancé et ça m'a plu…"

 

Qu’est-ce qu’être arbitre ou quelles sont les qualités requises pour arbitrer ?

_"C’est avoir confiance en soi pour affronter avec assurance les joueurs sur le terrain mais aussi les spectateurs autour du terrain. Ces derniers sont souvent les parents qui viennent voir jouer leurs enfants et qui ont influence sur le jeu d'une équipe. Ensuite je dirais qu'il faut savoir être ferme et autoritaire et ne pas tomber dans le côté spectateur du match. Prendre les décisions sans se laisser influencer par l'environnement autour du jeu (joueur, entraîneur, parents... qui réclament avec persistance et qui, assez fréquemment, ne connaissent pas toutes les règles du foot !)"

 

Ton avenir en tant qu’arbitre ?

_"J'aime l'arbitrage et je compte continuer tant que je le peux. Mon but est de progresser et de monter les niveaux"

 

Souhaites-tu rajouter quelque chose ?

_"Oui j’aimerai ajouter que cela fait maintenant 5 ans que je suis dans ce domaine et c'est une super expérience qui m'apprend à grandir et à mûrir. Pour ma part j'ai commencé en tant que joueur/arbitre et forcément au départ cela m'embêtait de pas jouer, de retrouver les copains le samedi et partir tout seul de mon côté. J'avais un quota de 11 matchs à arbitrer dans l'année contre 22 normalement en tant qu'arbitre "à plein temps" donc ça me laissait quand même l'opportunité de jouer.

Aujourd'hui je ne regrette pas du tout d'avoir pris cette voie puisque cela m'a fait comprendre des choses sur moi-même et fait vivre de très bons moments. Par exemple, arbitrer une finale au tournoi du club (tournoi du 1er mai) avec tout le monde qu’il y a autour commence à devenir impressionnant. Mais aussi arbitrer au tournoi de Guerlédan à Verdun ou encore arbitrer des matchs d’un très bon niveau en jeune.  Et sentir la reconnaissance des acteurs du match qui viennent te féliciter à la fin du match fait plaisir tout en restant modeste. Je dois aussi dire qu’il existe une motivation supplémentaire, il ne faut pas oublier que l'arbitrage est très bien rémunéré, de quoi arrondir des fins de mois."

 

Merci à toi Axel, bonne fin de saison.