Ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen #9

Chers amis,

Ce samedi dans le cadre de notre rubrique « ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen »,
nous vous proposons de découvrir l’interview d’un personnage du pays pontivyen.

 

Parfois provocateur, mais si habile et déterminant, monsieur Franck JEGOUX se livre aux bons  souvenirs de ces années passées au Stade Pontivyen.
Bonne lecture et bonne découverte.

 

Bonjour Franck Pouvez-vous vous présenter ?
 
Bonjour à tous je suis pontivyen de naissance et de cœur, j’ai travaillé dans
l’éducation spécialisée à l’IMPRO pendant une bonne partie de ma carrière.
Je joue également de la musique au sein du groupe LES GLOCHOS que les
Pontiviens connaissent bien et ce, depuis 45 ans.
 
Quel a été votre parcours footballistique ?
 
J’ai commencé en minimes à 12 ans au Stade, j’ai intégré l’équipe fanion quand
j’avais 16 /17 ans puis à 20 ans je suis partis 2 saisons au Stade Rennais où j’ai eu
l’opportunité de jouer en 3eme division, l’équivalent du National 1 de maintenant et
où j’ai côtoyé des pros et de nombreux jeunes joueurs qui sont devenus pro par la
suite et ont fait des belles carrières.
Cela a vraiment été une super expérience car il y avait un excellent niveau et vivre
ça pour un footballeur ça reste sympa.

Présentez votre parcours Stadiste plus en détail ?
 
1ere licence au Stade en minime en 1968
Ensuite, le parcours cadet puis junior et intégration de l’équipe 1ere jusqu’en 1976
où je pars à Rennes, puis retour au Stade en 1978 je crois et arrêt du foot à 33 ans
en 1989 (parce que c’était vraiment très prenant)

Votre meilleur souvenir au club ?
 
Plein de bons souvenirs. En retirer un, c’est difficile. Quand j’ai commencé, on jouait
le dimanche matin à Toulboubou , en hiver à 9H00 du matin sur des terrains gelés.
On avait des tenues «  d’occasions » et souvent 2 godasses gauches pas de la
même marque donner par G. CLOAREC » (les anciens reconnaitront) mais on
aurait manqué un match pour rien au monde et on était super fiers de porter le
maillot Jaune et Noir.
L’ambiance au Faubourg de Verdun, avec des supporters super chauvins et
braillards (surtout ceux coté buvette) avec eux j’avais tous les droits puisque je
plantais des buts, comme le dit très justement Guy PICOT (un bon pote lui aussi) ,
j’avais une notion de la discipline qui m’étais propre et un sens du collectif très….
personnel.
Ma devise «  pourquoi passer la balle quand tu peux la mettre au fond tout seul »
n’est vraiment pas un exemple à transmettre.
Mais puisqu’on parle de buts je vais être un peu égoïste mais un grand souvenir
perso c’est le match où nous avions gagné 6 à 1 (ndrl : fameux match évoqué par
Denis TOUCHARD) et où j’avais marqué les 6 buts, ce sont des choses qui arrivent
rarement et dont on se souvient

Votre pire souvenir au club ?
 
La descente du club de DHR en PH à l'issue d'un match perdu à Auray match qu’on
aurait jamais dû perdre.

D’ailleurs, à ce propos il faut rendre hommage aux joueurs fidèles avec un esprit
club qui ne sont pas partis la saison qui suivait et qui ont maintenu le Stade à flot.

Le meilleur Joueur que vous ayez côtoyé au SP ?
 
J’ai côtoyé beaucoup de bons et très bons joueurs mais celui qui à mon sens avait
des qualités exceptionnelles, c’est Denis TOUCHARD, gardien de but qui avait à
l’époque fait un essai au grand FCN de l’époque, qui avait été retenu mais qui a
décliné car il voulait continuer ses études de dentiste. Physiquement impressionnant
entre autre sur ses sortie aériennes (adversaires et partenaires, il y en a qui s’en
souviennent encore), c’était un véritable gagnant avec un véritable esprit stadiste.
En jokers, Stéphane LUCAS, Loïc BELLEC et Philippe HELLARY.

Lorsque l'on vous parle du SP, quels mots vous viennent à l'esprit pour
décrire le club ?

Gaulois, Chauvin, Amical, Sincère, Entier. Accueillant.

Que vous inspire le niveau sportif des différentes équipes du club
actuellement ?

 
Honnêtement je suis cela un peu de loin, je vais très rarement au match si ce n’est
pour des derbys que personnellement je trouve un peu insipides et ennuyeux
comparé aux guerres de tranchées de l’époque !
Je suis cependant très content du niveau qui est celui du Stade en ce moment et qui
je l’espère va perdurer. A ce propos, je fais un petit clin d’œil à Philippe LE BRUN
le coach actuel avec qui j’ai travaillé professionnellement et qui fait un super boulot !
 
S’il y avait une saison à retenir pour le club laquelle serait-elle pour vous ?

Ne suivant pas l’équipe,  je ne suis pas le mieux placé pour donner mon avis, je
regarde cependant les résultats tous les lundis.
Par contre, je retiens effectivement les épopées en coupe de France, j’étais
d’ailleurs à Guingamp pour le dernier match où le Stade a démontré de belles
qualités et qui je pense, aurait pu créer la surprise ce jour là
 
Si vous aviez quelques mots pour qualifier un siècle d'histoire autour du
ballon rond au SP ?

 
Le Stade c’est beaucoup plus qu’une équipe de foot, on s’identifie à ce club un peu
comme avec les clubs anglais. Le Stade représente le coté prolo, populaire,
laborieux. Stadiste un jour Stadiste toujours.

Pouvez-vous nous donner votre Onze De Légende Stadiste ?

Sincèrement pas possible car tous les joueurs qui ont porté le maillot Jaune et Noir
mériteraient d’en faire partie et que dire des supporters fidèles et des dirigeants
passionnés, mais puisqu’il faut faire une liste en voici mon onze à moi

Gardiens : Denis TOUCHARD Stéphane HUET Jean Claude MOUELLIC

Défenseurs : Paul PINARD, Alain MESGOUEZ, Hervé HAMONIC, Alain PALLEC, Christophe et
Stéphane TORRIELLEC

Milieux : Guy PICOT, Yannick MAURICE (dit Momo), Philippe HELARY, Michel
PERRIGAUT

Attaquants : Jacques et Alain LE NORMAND (membre du collectif), Loïc BELLEC

Dirigeants : Alain LE MAPIHAN, Jean EUZENOT
Entraineurs : Claude CATANEO
Supporters : Jean Claude JOUANNET qui aurait eu 65 ans ce 5 janvier et qui nous
a quitté l’an dernier.

Un dernier message à passer au peuple jaune et noir ?

Une petite histoire plutôt :
Si vous demandez à 2 gars : « Etes-vous supporter de la Garde ou du Stade »
Celui qui vous répond :
« Je supporte les 2 clubs, et bien il est de la garde » !
Moralité : on garde le cap Noir et Or !