Ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen #6

Chers amis, 6ème rencontre dans le cadre de notre rubrique "Ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen" avec ce week end l'interview du renommé Stéphane TORIELLEC, ancien joueur, dirigeant et aujourd'hui partenaire et supporter fidèle des Noir et Or

 

Bonjour Stéphane pouvez vous vous présenter ?
Bonjour à toute la famille du stade, je m’appelle Stéphane Toriellec, dit Toto. Aujourd’hui, j’ai 54 ans
marié et père de 3 enfants, je suis restaurateur, La « Crêperie Le Sarrazin » à Saint-Thuriau et bien sûr
partenaire du club.
Toriellec dit Toto, notre nom s’associe souvent à celle du stade, mon père, mes frères, mon beau
frère, mes neveux, ma nièce et mes deux fils Clément et Martin ont tous joué ou jouent au club. Cet amour du club est simple, c’est pour nous comme une seconde famille on s’y sent bien. Alors pourquoi changer !

Quel a été votre parcours footballistique ?
Je suis un des fils de Joseph Toriellec, ancien joueur du stade dans les années 60. Mon père a signé
en 1958 et m’a naturellement inscrit au club. J’ai signé ma première Licence « Poussin » le 18 Mars
1975. Mon parcours de club est simple, je suis resté fidèle au Stade Pontivyen pendant plus de 30
ans en tant que joueur. J’ai tout d’abord effectué mes gammes en jeune entouré d’éducateurs
comme Jean Marc Rival. Ensuite j’ai connu le critérium départemental (Minimes) et le critérium de
l’ouest (Cadets) avec un coach de tempérament Claude Cattanéo. J’ai une anecdote sur les années
minimes et cadets qui peut surprendre beaucoup d’entre vous, je jouais au poste de milieu offensif
ou d’avant centre avec plus de 30 buts marqués en minimes sur une saison, et ensuite meilleur
buteur du club en cadets. (Il faut savoir qu’en senior, je n’ai joué qu’en milieu défensif ou défenseur)
En Mars 1982, A 16 ans tout juste, alors que je suis encore que cadet, Je joue mon premier match en
senior en tant que titulaire en DRH (R2) au poste d’attaquant à la place de Franck Jégoux avec
comme premier entraineur Michel Jarnigon.
La saison 1982-1983, le club s’apprête a vivre une saison difficile, tout juste relégué en division
inférieure PH (R3), je retiens surtout le bonheur de jouer avec des joueurs seniors qui m’ont insufflé
les valeurs humaines de ce club.
Après plusieurs saisons en PH, et une saison avec plus de 600 spectateurs de moyenne par match et
en terminant à chaque fois au pied de la montée. Les saisons 1987-1988 et 1988-1989 sont
mémorables avec 2 accessions successives.
En équipe fanion, j’ai donc connu la PH, La DRH et enfin La DSR.
Ensuite, à seulement 25 ans (Le Paganelli du stade comme me le signale mon frère Christophe), j’ai
commencé à jouer en équipe inférieure avec toujours le même plaisir, tout d’abord en B alors en
DRH (R2)(Entraineur : Gilles Julé) et ensuite en C (D1) des saisons mémorables avec le Coach Jean
Pierre Guillemet, et en D avec une équipe de copains.
En tant qu’entraineur, j’ai effectué une saison avec l’équipe C « Une bonne expérience » sans
lendemain (ma profession étant incompatible).

Votre meilleur souvenir au club ?
Sportivement tout d’abord en tant que joueur, c’est sans aucun doute l’année 88-89, avec la
montée des 4 équipes séniors, une année sportive à l’image du club.
Je retiendrais aussi ce 32 ème de finale de la coupe de France face à l’EA Guingamp pour 3 raisons,
d’abord je suis fier d’avoir représenté le club au tirage au sort à Paris sur le plateau d’Eurosport.
Ensuite ce fut un rappel pour honorer les acteurs du 8è de finale contre Lille en 1953 et le jour du
match que dire quelle ambiance à l’image de ce club centenaire.

Votre pire souvenir au club ?
En tant que joueur, c’est plutôt une frustration qu’un mauvais souvenir, un souvenir mitigé me vient
à l’esprit, le match de Coupe de France contre Saint-Malo (D3) après avoir éliminé le DC Carhaix (D4)
alors que nous étions en PH. J’ai joué ce match avec une blessure et ma prestation non aboutie…
(Pénalty manqué).

Le meilleur Joueur que vous ayez côtoyé au SP ?
C’est difficile comme question, il y a eu beaucoup de bons joueurs de Football au Stade. Le problème
dans cette question c’est qu’on a toujours tendance à citer plus un joueur offensif que défensif.
Mais pendant les années PH, un joueur a vraiment fait la différence et je pense sincèrement qu’il a
été le « plus » qui nous a permis de monter en DRH, il s’agit de Stéphane Lucas. (Son dribble, sa
technique et sa vivacité faisait la différence à chaque match de ce niveau).

Lorsque l’on vous parle du Stade, quels mots vous viennent à l’esprit pour décrire le club ?
Plutôt une phrase : Comme dirait la chanson… Les Noirs et Or sont toujours là

Que vous inspire le niveau sportif des différentes équipes du club actuellement ?
Actuellement, le niveau sportif est exceptionnel, le club a toujours eu pour vocation de vivre avec ses
moyens, la réussite de ce club est en partie due aux Joueurs, Entraineurs, Educateurs, mais aussi aux
dirigeants et aux bénévoles , Félicitations à tous ses acteurs.

Si il y avait une saison à retenir pour le club, laquelle serait-elle pour vous ?
La saison 1983-1984, cette année là, nous avons frôlé la catastrophe, avec une équipe de niveau à
jouer la montée, la descente en district était proche, heureusement qu’au sein de l’effectif des
joueurs avec l’esprit club ont fait la différence (Denis Touchard, Franck Jégoux, Guy Picot, Michel
Périgault, Jacques et Alain Lenormand, Yannick Morice, Jean Yves Le Maguet, Etc) sans eux, je pense
que le club ne serait pas à ce niveau aujourd’hui.

Si vous aviez trois mots pour qualifier un siècle d’histoire autour du ballon rond au Stade ?
Passion-Exploit-Jeu

Avez-vous une anecdote à raconter lors de votre passage au club ?

L’anecdote, bien sûr, il y en a beaucoup… Mais je vous citerais juste une… Les 3 ème mi temps des
années 80 se terminaient souvent à la crêperie Le Sarrazin. Jacques et Alain Lenormand alors cousin
Germain avait pour plaisir de manger une crêpe de leur composition et ce qui m’amuse c’est que la
Carte actuelle propose toujours « La Germaine »me rappelant tous les jours ses fameuses années.

Pouvez-vous nous donner votre Onze De Légende Stadiste ?
MON ONZE DE LEGENDE avec qui j’ai joué… (Il faut toujours au moins 2 joueurs par poste et des
bons copains)
                                                                    16 Denis Touchard
                                                                      1 Stéphane Huet

Christophe Toriellec                                     Stéphane Morellec                                Manu Le Priellec
(Capitaine)                                                     Philippe Robic                                     David Le Galliard
                                                                                                                                   Yvon Le Pourhiet

Philippe Hélary                                            Philippe Le Poitevin                               Yannick Maurice
Michel Perrigaud                                        Jean Christophe Le Berre                          Thierry Ropers

                                  Guy Picot                                                         Stéphane Lucas
                          Jacques Lenormand                                                    Yves Busnel

                                         Franck Jégoux                              Alain Lenormand
                                       Dominique Paitel                                 Gérard Elliot
                                        Nicolas Toriellec                              Bertrand Guilloux

Dirigeants : Jean Euzenot et Roger Le Cloirec
Supporters : Jean Lou Le Guellaud, Jean Kerjan et Jo Toriellec

Avez-vous un dernier message à passer au peuple jaune et noir ?
La réussite du club vient avant tout de l’état d’esprit. Personnellement, grâce à ce club, j’ai connu des
personnages devenus pour la plupart de très bons amis, le football est un sport collectif, au Stade le
match se joue toujours avec plaisir ensemble (Copains, Joueurs, Dirigeants, Supporters,
Sympathisants) .
Ce club mérite le respect
Vive le Stade…