Ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen #4

Nous poursuivons notre rubrique "Ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen" avec notre 4ème rencontre en la personne de Fred LE GALLIARD ancien entraineur/joueur atypique des Noir et Or.

 

Bonjour Fred pouvez vous vous présenter ?

Frédéric Le Galliard, 39ans, Professeur d’EPS à Merdrignac, marié, deux enfants : Evane et Clément
(joueur du club en U8 u9).

Quel a été votre parcours footballistique ?

Locminois, j’ai commencé le football à Locminé puis avec les études, je me suis dirigé vers Pontivy.
J’ai joué à la GSI Pontivy puis à la saint Colomban Locminé soit environ 8 saisons entre le CFA et le
CFA2 puis j’ai choisi de prendre les fonctions d’entraineur joueur du stade en 2009 en DSR. J’ai assuré
cette fonction 6 ans et ai terminé par une dernière saison à la tête de l’équipe B en 2015/5016. Je
suis aujourd’hui entraineur/joueur du Fc Cléguérec pour la 5ême année et suis la catégorie de mon
fils U8 U9 du stade avec Pierre.

Votre meilleur souvenir au club ?

Sur le terrain, cela restera le but de MoMo Larbi à la 119 ème minute d’un match de 7 ème tour contre
Changé mais le terrain permet surtout d’obtenir des moments partagés après ou avant les matchs
avec les personnes aimant le club et ce sont cela les meilleurs souvenirs : les repas d’Aimé où tout le
monde chantait dans le jeu de boules des boulistes, le Harlem Shake au Mannapany, les we de
préparation mouvementés à Crozon, les envahissements de l’énorme piscine gonflable de Steven
actuel président du club, les parades sur le toit de la BX de Laurent Bodiou, les entrainements
déguisés de fin de saison. …..

Votre pire souvenir au club ?

La descente à Quimperlé en 2014/2015 alors que nous avions marqué le but miraculeux qui était
censé nous maintenir à deux minutes de la fin. C’était sans compter les arrêts de jeu du match
Rannée la Guerche /Cesson et un but alors que nous commençions presque à fêter le maintien en
DH : du rire aux larmes en quelques secondes……..
Plus proche de nous, le décès d’Aimé Morcell grâce à qui nous avons passé tant de bons moments et
qui représentait tellement bien ce qu’est ce club : une famille, toujours prêt à répondre présent pour
le club et les personnes qui le composent.

Le meilleur joueur que vous avez cotoyé au stade ?

J’aurai du mal à dégager un joueur en particulier mais Philippe Le Poetvin pour tout ce qu’il représente
au club est un exemple. Pour ses qualités de joueurs (quelle polyvalence.) bien sûr mais pas que….. Il
est le garant de cette transmission des valeurs bien spécifiques à ce club. Nous sommes fiers d’avoir
fait parti de l’histoire du club en tant que joueur, entraineur mais souvent sommes de passage. Lui
est toujours là et pour cela je lui tire mon chapeau.

Les mots qui vous viennent à l’esprit pour définir le club ?

Famille, lien, authenticité tout en visant l’excellence sportive.

Que vous inspire le niveau sportif des différentes équipes du club actuellement ?

De la satisfaction car cette compétitivité s’inscrit dans une histoire avec bien sûr des hauts et des bas
mais avec une ligne directrice claire. Il est rassurant que des clubs comme le stade récolte les fruits
de son travail, sa constance car le football actuel ne fait pas toujours la part belle à ces clubs et
préfère parfois les accessions fulgurantes construites sur d’autres bases.

La saison à retenir ?

2018/2019 et l’élimination d’Avranches au Faubourg. J’avais quitté le club mais nous nous étions
tellement cassés les dents face à ce genre d’équipes durant mes années stadistes : Gsi Pontivy,
Guingamp, Luçon, Poiré sur Vie que j’étais admiratif de l’exploit réalisé et de la manière employée
par Philippe et les joueurs pour y arriver. La coupe de France est la compétition qui permet de
fédérer, de mettre en lumière le club et des parcours permettent d’être confiant, de solidifier les
années futures. (et cela va bien au-delà de l’aspect financier….)

Une anecdote concernant le stade lors de mon passage ?

Après avoir perdu le premier match en tant qu’entraineur 3à0 en DSR à Verdun contre Noyal, nous
nous sommes retrouvés seulement à 3 ou 4 personnes aux boulistes. Je me demandais dans quel
guêpier j’avais mis les pieds car on avait décidé de conserver l’équipe C in extremis en ce début de
saison (faute d’effectif). Mais la suite démontra qu’on est jamais seul très longtemps au stade
pontivyen et on trouve toujours sur qui s’appuyer dans la difficulté.

Votre onze de légende stadiste ?

Je ne serai pas objectif car il me manque tout un pan de l’histoire du stade avec d’excellents joueurs
à toute période. Je préfère mettre en exergue un onze avec des joueurs que ce club m’a donné la
chance d’aligner en équipe fanion : L’excellent travail au niveau des jeunes avec des éducateurs
transmettant cette identité stadiste, cet amour du maillot est une force, une chance pour les
entraineurs des équipes seniors . Il suffit ensuite de les encadrer par deux, trois anciens. (Fabrice,
Philippe et Florian dans ce onze)

                                             Fabrice Le Strat
Florian Séveno      Ferdinand Picaut       Philippe Le Poetvin       Dorval Le Pabic

Yohan Tanguy       Johan Guehenneux      Mathias le Pabic         Jocelyn Rolland
                              Baptiste Le Peih           Clément tréhin
Remplaçants (car ils sont importants ds une équipe) : Aurélien Robic, Camille Le Coq et Greg Le Dour

Un dernier message à adresser au peuple Noir et Or  ?

Préserver avec force les valeurs du club même quand les difficultés reviendront et continuer à
permettre à des jeunes du club de revêtir le maillot de l’équipe fanion à un niveau national. Jouer à
ce niveau dans son club n’est pas jouer à ce niveau dans un autre club.