Le blog de pierre

Ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen #5
image_diaporama: 

Nous poursuivons nos interviews dans le cadre de notre rubrique "Ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen" avec pour cette 5ème rencontre : Monsieur Denis TOUCHARD ancien gardien de but des Noir et Or et dorénavant grand suiveur des résultats stadiste à 20 000 Km de la citée pontivyenne.

 

Pouvez-vous vous présenter ?

Denis TOUCHARD, né à Pontivy. Je vis à Nouméa en Nouvelle Calédonie où j’exerce la profession de
dentiste.
Un seul club dans toute ma vie : le Stade Pontivyen.

Quel a été votre parcours footballistique ?

J’évoluais au poste de gardien de but. Première licence en poussins en 1968 ou 1969. J’ai ensuite
évolué dans les différentes catégories du club, pupilles, cadets …
En cadets 2 ème année, l’équipe première en DRH n’était pas bien du tout. Mon entraîneur de
l’époque, Cata (ndrl : Claude CATANEO) qui était notre père putatif, me dit le mercredi précédent le
prochain match de la A : « Tu joues en 1 ère dimanche » … j’avais 15 ans ½ ou 16 ans ! La veille du
match, entrainement intensif pendant 3 heures à Toulboubou. Nous avions fait match nul je crois,
3-3 contre Saint Allouestre.
J’ai quitté Pontivy en 1988à 27 ans pour des raisons professionnelles.

Pouvez-vous présenter votre parcours Stadiste plus en détails ?

Presque linéaire, une sale période malgré tout, la descente de DRH en PH (saison 1980 – 1981)
Très compliqué du fait d’une fuite incroyable de nombreux joueurs talentueux. Et de plus, nous
n’avions plus de quoi faire une équipe C, à peine une B.
On s’est bagarré en PH pour tenir le club, nous affrontions Cléguérec, Guern, Saint Barthélémy …ect
Puis les jeunes de la génération TORIELLEC sont arrivés et nous sommes remontés en DRH !
J’ai ensuite quitté Pontivy pour effectuer mon service militaire en Calédonie.

Quel a été votre meilleur souvenir au club ?

Nous étions en PH, nous jouions un match déterminant pour la montée en DRH au Faubourg de
Verdun face à Saint Barthélémy qui était 1 er et nous 2 ème , notre ancien coéquipier Daniel LE DANTEC
jouait chez eux d’ailleurs.
Score final : victoire 6 buts à 1 ! Avec un sextuplé de Franck JEGOUX !
Mais au final, les 2 matchs suivants ne nous ont pas permis de monter, on se fait voler mais bon.
Il faut aussi savoir que nous étions vraiment l’équipe à battre, une étiquette de « club de ville » par
rapport aux autres communes et clubs plus modestes mais qui jouaient aussi avec leurs valeurs.

L’enchainement avec votre pire souvenir au club ?

La descente de DRH à PH, c’était terrible !

Une anecdote ou une expérience particulière vécue ?

Lors de la saison 1982 – 1983, j’ai effectué un stage au FC Nantes, du temps de Vahid HALILHODZIC,
José TOURE, Michel DER ZAKARIAN et tout …incroyable !
Je côtoyais des jeunes pousses nantaises telles que DESCHAMPS, DESAILLY …
A l’issue de ce stage, Robert BUDZINSKY (directeur sportif du FC Nantes à l’époque) me propose
d’être 3 ème gardien derrière Jean-Paul Bertrand DEMANES ! Et un autre gardien.
« Oublie tes études, tu t’engages pleinement au FC Nantes ! »
Mais j’avais zéro certitude !
Et j’ai beaucoup, beaucoup réfléchis sur le chemin du retour et les 160 Km de Nantes jusque Sainte
Tréphine pour l’entrainement. Mais je ne voulais pas lâcher mes copains. A peine arrivé sur le terrain,
ils me questionnaient... « Alors, alors, c’était comment ? Tu vas signer ? » « Non les gars, j’ai pris ma
décision, je reste avec vous ! »
Je suis resté au Stade Pontivyen car de telles amitiés, de relations nouées, ils m’ont aussi beaucoup
soutenu quelques semaines auparavant, je venais de perdre mon papa. Et pour moi le Stade c’était la
Famille !

Denis, quel a été le meilleur joueur que ayez côtoyé au Stade Pontivyen ?

Stéphane LUCAS ! Il était passé au Stade Lavallois (aspirant pro). Clairement il était au-dessus du lot !

Quels mots vous viennent à l’esprit quand on vous parle du Stade Pontivyen ?

- Amitiés indéfectibles
- Chaleurs humaines
- Soutiens importants dans les moments difficiles

Que vous inspire le niveau sportif des différentes équipes du club actuellement ?

Le niveau actuel est impressionnant ! Magique vu par où nous sommes passés !
Evoluer en National 3, avoir affronté l’En Avant de Guingamp en 32 ème de finale de coupe de France,
le FC Lorient la saison dernière !
L’équipe B est au niveau de la A de notre époque !
Et la C en Ligue, énorme !

Si vous aviez quelques mots pour qualifier un siècle d’Histoire autour du ballon rond au
Stade Pontivyen ?

La Passion, la Popularité : Le Club de la Ville, la Convivialité !

Pouvez-vous nous donner votre Onze de Légendes Stadistes ?

Gardien : compliqué de se prononcer
Défenseurs : Gilles JULE Guy PICOT Yvon MARO Philippe JOURDAN
Milieux : Yannick MAURICE Philippe HELARY

Stéphane LUCAS

Attaquants : Alain LE NORMAND Franck JEGOUX Jacques LE NORMAND

Un dernier message à adresser au peuple Noir et Or ?

Ce club m’a marqué à vie, je ne l’oublierai jamais !
Je suis le plus lointain supporter du Stade Pontivyen (20 000 Km) et je resterai Noir et Or à vie !!!

diaporama o/n: 
1
type_actualite: 
Actualités générales
Ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen #4
image_diaporama: 

Nous poursuivons notre rubrique "Ils ont marqué la vie du Stade Pontivyen" avec notre 4ème rencontre en la personne de Fred LE GALLIARD ancien entraineur/joueur atypique des Noir et Or.

 

Bonjour Fred pouvez vous vous présenter ?

Frédéric Le Galliard, 39ans, Professeur d’EPS à Merdrignac, marié, deux enfants : Evane et Clément
(joueur du club en U8 u9).

Quel a été votre parcours footballistique ?

Locminois, j’ai commencé le football à Locminé puis avec les études, je me suis dirigé vers Pontivy.
J’ai joué à la GSI Pontivy puis à la saint Colomban Locminé soit environ 8 saisons entre le CFA et le
CFA2 puis j’ai choisi de prendre les fonctions d’entraineur joueur du stade en 2009 en DSR. J’ai assuré
cette fonction 6 ans et ai terminé par une dernière saison à la tête de l’équipe B en 2015/5016. Je
suis aujourd’hui entraineur/joueur du Fc Cléguérec pour la 5ême année et suis la catégorie de mon
fils U8 U9 du stade avec Pierre.

Votre meilleur souvenir au club ?

Sur le terrain, cela restera le but de MoMo Larbi à la 119 ème minute d’un match de 7 ème tour contre
Changé mais le terrain permet surtout d’obtenir des moments partagés après ou avant les matchs
avec les personnes aimant le club et ce sont cela les meilleurs souvenirs : les repas d’Aimé où tout le
monde chantait dans le jeu de boules des boulistes, le Harlem Shake au Mannapany, les we de
préparation mouvementés à Crozon, les envahissements de l’énorme piscine gonflable de Steven
actuel président du club, les parades sur le toit de la BX de Laurent Bodiou, les entrainements
déguisés de fin de saison. …..

Votre pire souvenir au club ?

La descente à Quimperlé en 2014/2015 alors que nous avions marqué le but miraculeux qui était
censé nous maintenir à deux minutes de la fin. C’était sans compter les arrêts de jeu du match
Rannée la Guerche /Cesson et un but alors que nous commençions presque à fêter le maintien en
DH : du rire aux larmes en quelques secondes……..
Plus proche de nous, le décès d’Aimé Morcell grâce à qui nous avons passé tant de bons moments et
qui représentait tellement bien ce qu’est ce club : une famille, toujours prêt à répondre présent pour
le club et les personnes qui le composent.

Le meilleur joueur que vous avez cotoyé au stade ?

J’aurai du mal à dégager un joueur en particulier mais Philippe Le Poetvin pour tout ce qu’il représente
au club est un exemple. Pour ses qualités de joueurs (quelle polyvalence.) bien sûr mais pas que….. Il
est le garant de cette transmission des valeurs bien spécifiques à ce club. Nous sommes fiers d’avoir
fait parti de l’histoire du club en tant que joueur, entraineur mais souvent sommes de passage. Lui
est toujours là et pour cela je lui tire mon chapeau.

Les mots qui vous viennent à l’esprit pour définir le club ?

Famille, lien, authenticité tout en visant l’excellence sportive.

Que vous inspire le niveau sportif des différentes équipes du club actuellement ?

De la satisfaction car cette compétitivité s’inscrit dans une histoire avec bien sûr des hauts et des bas
mais avec une ligne directrice claire. Il est rassurant que des clubs comme le stade récolte les fruits
de son travail, sa constance car le football actuel ne fait pas toujours la part belle à ces clubs et
préfère parfois les accessions fulgurantes construites sur d’autres bases.

La saison à retenir ?

2018/2019 et l’élimination d’Avranches au Faubourg. J’avais quitté le club mais nous nous étions
tellement cassés les dents face à ce genre d’équipes durant mes années stadistes : Gsi Pontivy,
Guingamp, Luçon, Poiré sur Vie que j’étais admiratif de l’exploit réalisé et de la manière employée
par Philippe et les joueurs pour y arriver. La coupe de France est la compétition qui permet de
fédérer, de mettre en lumière le club et des parcours permettent d’être confiant, de solidifier les
années futures. (et cela va bien au-delà de l’aspect financier….)

Une anecdote concernant le stade lors de mon passage ?

Après avoir perdu le premier match en tant qu’entraineur 3à0 en DSR à Verdun contre Noyal, nous
nous sommes retrouvés seulement à 3 ou 4 personnes aux boulistes. Je me demandais dans quel
guêpier j’avais mis les pieds car on avait décidé de conserver l’équipe C in extremis en ce début de
saison (faute d’effectif). Mais la suite démontra qu’on est jamais seul très longtemps au stade
pontivyen et on trouve toujours sur qui s’appuyer dans la difficulté.

Votre onze de légende stadiste ?

Je ne serai pas objectif car il me manque tout un pan de l’histoire du stade avec d’excellents joueurs
à toute période. Je préfère mettre en exergue un onze avec des joueurs que ce club m’a donné la
chance d’aligner en équipe fanion : L’excellent travail au niveau des jeunes avec des éducateurs
transmettant cette identité stadiste, cet amour du maillot est une force, une chance pour les
entraineurs des équipes seniors . Il suffit ensuite de les encadrer par deux, trois anciens. (Fabrice,
Philippe et Florian dans ce onze)

                                             Fabrice Le Strat
Florian Séveno      Ferdinand Picaut       Philippe Le Poetvin       Dorval Le Pabic

Yohan Tanguy       Johan Guehenneux      Mathias le Pabic         Jocelyn Rolland
                              Baptiste Le Peih           Clément tréhin
Remplaçants (car ils sont importants ds une équipe) : Aurélien Robic, Camille Le Coq et Greg Le Dour

Un dernier message à adresser au peuple Noir et Or  ?

Préserver avec force les valeurs du club même quand les difficultés reviendront et continuer à
permettre à des jeunes du club de revêtir le maillot de l’équipe fanion à un niveau national. Jouer à
ce niveau dans son club n’est pas jouer à ce niveau dans un autre club.

diaporama o/n: 
0
type_actualite: 
Actualités générales
Interview Jean-Yves LAMBERT
image_diaporama: 

Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, Jean-Yves LAMBERT, né à Pontivy le 13 mars 1957.

Supporter du Stade Pontivyen depuis ma naissance et jusqu’à ma mort.

J’évoluais au poste de défenseur droit  (interdiction de dépasser la ligne médiane à l’époque) en minimes (12 – 13 ans).

Je me souviens que Robert TALDIR était un dirigeant apprécié.

Mais c’était CATA (ndrl CATANEO) qui nous gueulait dessus … Ah Ah les souvenirs ...

Un seul but marqué à mon actif (contre Plouay je crois)

Je me suis troué lors d’une reprise de volée, le ballon est tombé sur ma fesse et le ballon est rentré, victoire 1-0 ! CATANEO m’a dit « Tu as fait un match du niveau de la première. Félicitations ! ».

Dans le car du retour, je me suis fait charrier comme pas possiblepar les copains, OOOHHHH Lafesse

Quel a été votre parcours footballistique ?

Stade Pontivyen pupille et minimes. J’ai arrêté à un moment car pas forcément le niveau pour continuer.

Ca m’a passé un peu et ensuite je me suis totalement investi dans le tennis.

 

Meilleur souvenir au club ?

On devait avoir 11 ou 12 ans. Un derby contre la GSI que le Stade avait gagné, nous étions tellement fous de bonheur qu’une dame supportrice des Vert et Blanc nous donnait des rafales de coups de parapluies (tous ses fils étaient nos copains mais ils jouaient à la GSI).

 

Pire souvenir au club (si il y en a un) ?

D’avoir joué sur le terrain en pierres et en cailloux derrière la tribune du Verdun. (ndrl : où se situent désormais les terrains de tennis couverts)

 

Le meilleur Joueur que vous ayez côtoyé au Stade Pontivyen ?

FRANKY JEGOU, Pas eu la chance de jouer avec  Daniel LE DANTEC, mais j’aurai bien aimé.

 

Surnom que vous donnaient vos coéquipiers/joueurs ?

 

Bébert ! Ca venait de LAMBERT

Lorsque l'on vous parle du Stade Pontivyen, quels mots vous viennent à l'esprit ?

JAUNE ET NOIR direct : Là faut pas déconner, c’est important !!

Que vous inspire le niveau sportif des différentes équipes du club actuellement ?

Je n’ai pas vu jouer depuis longtemps à part le match contre En Avant de Guingamp bien sûr. Donc compliqué de se prononcer. Mais je fais confiance aux coachs en place !

Si il y avait une saison à retenir pour le club laquelle serait-elle ?

Celle de la montée en N3 !

Si vous aviez 3 mots pour qualifier un siècle d'histoire autour du ballon rond au SP ?

Tout de suite me vient à l’esprit : La Passion, la Passion et la Passion, le dévouement et la solidarité  des joueurs, dirigeants et supporters  c’est obligatoire. Un siècle d’histoire, il y a forcément des gens qui se sont dévoués, dans la durée et dans la constance.

Avez-vous une anecdote a raconter lors de votre passage au club ?

Ce que j’adorai c’est partir en car avec les copains, jouer nos matchs le dimanche matin, neige, verglas, pluie. Ce que je préférai ce sont les terrains limite verglacés car le ballon allait plus vite.

Ce qui était con c’est qu’on ne pouvait pas avoir beaucoup d’entrainements. Je jouais en parallèle au tennis et il y en avait davantage.

Ah et aussi : L’arrivée des PUMA ! J’étais très fier de pouvoir enfiler mes PUMA. Je ne suis pas fétichiste des talons aiguilles mais des crampons, oui ! Aussi, enfiler les protèges tibia, aller dans le froid, quel bonheur !!!

Pouvez-vous nous donner votre Onze De Légende Stadiste ?

Non !

Je suis parti très jeune, à 16 ans ½ de Pontivy

Par contre j’ai suivi tous les matchs du Stade jusqu’en 1974.

Bon OK : formation en   4 2  4

Gardien : Denis TOUCHARD (espoir de Nantes)

Défenseurs : GAINCHE -  POUPON – PINARD – C.BOSCHER

Milieux : Guy PICOT – LE DROGO -

Attaquants : Franky JEGOU et Daniel LE DANTEC, mon frère : Daniel LAMBERT ; LE HENNANF

J’y ajoute en remplaçant de luxe :

LITTBARSKI parce que j’ai envie …!

Avez-vous un dernier message à passer au peuple jaune et noir ?

 Il n’y a pas qu’à Guingamp qu’il y a des paysans, nous aussi à Pontivy nous sommes des paysans !

Un jour viendra où on se tapera le PSG et où la Ligue 1 nous tendra les bras !

diaporama o/n: 
1
type_actualite: 
Actualités générales

Pages